Fin de longue hibernation

Ça fait un méchant bout de temps que je n’ai pas publié sur ce blog (ni où que ce soit d’autre, d’ailleurs), et si je suis honnête la raison est simple et s’appelle Twitter (et Tumblr aussi un peu). Tout comme le blog auparavant, Twitter me permet de diffuser des liens, de réagir à chaud, de rester en contact avec des gens et de faire des blagues pourries ; les 140 signes forcent à la concision, et quand on voit la profondeur des pensées qui nous traversent la plupart du temps, c’est plutôt une saine restriction.

Et puis il y a tous les cas où ça ne suffit pas, les sujets qui exigent précautions, explications, préambules et notes de bas de page. Pointer du doigt et dire « Ça me met en colère » est une chose, expliquer pourquoi en est une autre, proposer une solution une troisième plus vaste encore – et à laquelle je ne m’essaierai pas souvent. À titre strictement personnel, écrire m’aide aussi vachement à ordonner ma pensée qui, à l’état brut, a plutôt l’aspect d’un tsatsiki.

Bref, le contenu de ce blog n’a d’autre prétention que de recueillir de façon un peu organisée les opinions et les questions qui m’envahissent. Je n’ai gardé que les quelques billets avec lesquels je suis toujours d’accord et qui me semblent garder un relatif intérêt. Le ménage a été assez drastique mais qu’on se rassure, l’Ode à la bière est toujours là, indispensable à l’ambiance de cette chambre à moi.

Commentaires

1. xave, le 9 avr. 2013

Preum’s !

(Ceci était bien entendu ma contribution à l’élévation du débat que permettent les blogs, à l’inverse des discussions de café-commerce qu’impose la breveté de Twitter.)

2. Pierre, le 9 avr. 2013

Content de pouvoir te lire de nouveau !
(ouais, 2013 et je n’utilise toujours pas Twitter, donc bon…)

3. Sylvain, le 9 avr. 2013

Il faut que Reader s’arrête pour que je vois le fil La Vie secrète des mites de retour parmi nous, youhou !!

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires.
Le code HTML est affiché comme du texte, les URL sont automatiquement converties en liens.